Modèle CMILT

Références d’interventions
(Usages du modèle, formation):

Algérie (2015, 2008, 2007, 2006, 2005)
Burkina Faso (2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2005, 2004)
Niger (2014, 2012, 2011, 2008, 2007, 2006)
Thaïlande (2007)
Tunisie (2011, 2008, 2004)

Vous trouverez ici:

  • le modèle CMILT de détermination des coûts d’interconnexion (tableur excel – fichier comprimé zip – 6Mo)
  • le manuel d’utilisation de ce modèle (fichier pdf)

Interco-Modèle-CMILT-2015

Mode-demploi-modèle-interco-2015

Note: ce modèle est fourni gracieusement sous licence CeCILL

 

Histoire du modèle

Le modèle présenté dans ce blog a une longue histoire. Connu d’abord comme modèle Banque Mondiale, car commandé par la Banque, puis comme modèle BIPE, il est aujourd’hui maintenu au sein de Télécom ParisTech.

La première édition du modèle initial avait été préparée en 2000 par une équipe placée sous la coordination de Paul Noumba Um, alors de la Policy Division of the Global Information and Communications Technology Department de la Banque Mondiale. La première version a été construite par une équipe du BIPE sous la direction de Laurent Gille. Cette première version contenait deux modèles, un pour les réseaux fixes et un pour les réseaux mobiles, ce qui était pour l’époque une innovation.

Manuel d’utilisation du modèle banque mondiale de 2003

Une deuxième version du modèle a vu le jour en 2003 sur un financement complémentaire de la Banque Mondiale accordé au Bipe.

Des améliorations substantielles ont été ensuite apportées au modèle par Télécom ParisTech en 2004, toujours sous la direction de Laurent Gille, avec le concours de Christophe Rudelle.

La présente version, qui est une réécriture totale du modèle, a elle aussi été développée à Télécom ParisTech, en 2007 et 2008. Cette version est une refonte complète de la partie technique du modèle, initialisée avec deux élèves de Télécom ParisTech (Charles Ossent et Brieuc Le Cornec) par Laurent Gille, et finalisée par ce dernier. Cette nouvelle version combine réseaux fixes et mobiles, apporte une flexibilité accrue du modèle et permet de modéliser un réseau multiservices.

En 2012, le modèle a été revu avec le soutien Lorena Mendez-Smith, pour intégrer les architectures 3G et NGN. C’est cette dernière version qui est disponible ici.